La promotion de la santé : au croisement de l’engagement, de l’innovation et de l’expertise

Le 8 septembre 2022, Maison des sciences de l’Homme, Paris Nord à Saint-Denis

 

La Fnes a 20 ans !
Créée en 2002, elle s’est inscrite dans le paysage de la santé publique comme un acteur engagé de la promotion de la santé, porteur des principes et des valeurs de la Charte d’Ottawa.
Cet engagement, partagé avec beaucoup d’autres, est-il un levier nécessaire et/ou suffisant pour une refondation réelle de la santé publique s’appuyant sur l’innovation citoyenne et une expertise plurielle ?

L’engagement : une évidence
L’engagement est indissociable de la promotion de la santé, qui s’est d’abord construite
comme un champ de pratiques avant d’émerger comme un concept constitué. Ces évolutions se sont inscrites dans la remise en cause, sur des bases à la fois méthodologiques et éthiques, de la définition de la santé comme l’absence de maladie. Elles se sont progressivement ancrées dans des textes émanant d’institutions nationales ou internationales valorisant l’action sur les déterminants de la santé à des fins de réduction des inégalités sociales de santé. Depuis plusieurs décennies, la promotion de la santé se constitue également comme un champ de recherche, et revendique la validité de ses approches au regard de critères scientifiques et expérientiels. Aucune de ces orientations n’aurait été mise en œuvre sans l’engagement quotidien des acteurs de la promotion de la santé.

L’engagement : vers une innovation de rupture
Les engagements d’hier ont profondément évolué, mais sont toujours présents sous d’autres formes, avec des ressorts personnels et collectifs plus divers. La crise sanitaire en a fait la démonstration : dans tous les milieux de vie, les engagements ont été aussi remarquables qu’imaginatifs. Des solutions innovantes ont été trouvées grâce à la mobilisation et l’intelligence collectives, à des alliances nouvelles, et à un partage du pouvoir entre élus, usagers, professionnels et acteurs du monde académique. Faut-il donc une crise pour que ces innovations soient reconnues et pérennisées ? L’engagement contemporain dans le champ de la santé et du social donne une place singulière au savoir dit « profane » ou « expérientiel » et provoque une rupture des rôles assignés à chacun. C’est ainsi toute la santé publique qui devrait s‘en trouver durablement interpelée.

L’engagement : une source précieuse d’expertise
Cette expertise multiple nourrie de l’innovation mobilise des connaissances émergeant de modes coopératifs de production de savoirs tels que la recherche interventionnelle en santé des populations, les recherches collaboratives et participatives, la capitalisation des expériences, voire certaines évaluations de processus ou analyses de transférabilité. Ces nouvelles pratiques de recherche s’inspirent de Paolo Freire qui considérait l’éducation populaire et la recherche comme des formes engagées de solidarité, des espaces de participation sociale et des méthodes d’action politique.

L’engagement et la promotion de la santé : des liens essentiels
L’engagement prend donc des formes plurielles en promotion de la santé. Il peut être d’ordre individuel ou mobiliser des collectifs, interroger les postures des chercheurs ou des acteurs de la promotion de la santé, être éphémère ou de longue durée… Il invite à questionner ses leviers et ses freins, ses finalités et ses modalités de mise en œuvre. Enfin, il interroge sa prise en compte et sa reconnaissance, en termes de réalisations, de productions, d’innovations, d’expertise et de compétences mobilisées ou acquises, individuellement ou collectivement, par les pouvoirs publics, et le rapport que ces derniers établissent avec lui.

 

Consulter le préprogramme

  Préprogramme des Assises nationales de la Fnes

 

S’inscrire

L’inscription est obligatoire avant le 16 août 2022 pour assister à l’évènement.
Un mail de confirmation sera envoyé dès le 26 août 2022.

  Inscription sur Eventbrite

 

Share This